A propos peripetiesdaupair

Française, 22 ans, étudiante en psychologie mais jeune fille au pair à temps complet pendant deux ans à Houston, TX.

« Houston, we’ve got a problem! »

Je fais enfin mon grand retour, après une longue absence. Mon aventure approche bientôt à sa fin donc j’essaie de profiter au maximum des semaines qu’ils me restent. Et en même temps, j’essaie de tenter un nouveau format « français/anglais », ne soyez pas trop exigeants!

I’m coming back after a long absence on my blog. My adventure will be almost done so I’m trying to take advantage of the time I have left. And at the same time, I’m trying a new way to write my blog « French/English » version, don’t be too demanding with me!

On va maintenant rentrer dans le vif du sujet. Les parents de Ben, mon copain, nous ont rendu visite la semaine dernière et étant en vacances, je suis devenue leur guide touristique à Houston. Semaine productive pleine de sorties et de découvertes dans ma magnifique ville du Texas!

Now, we can really start. Ben’s parents, my boyfriend, came for visiting us last week and because I was in vacation, I became their guide in Houston. This week was pretty productive and full of activities and discoveries in my wonderful texan city!

Promenades et activites exterieures

Petit conseil : Venez à Houston quand il fait beau, presque toute l’année. C’est à ce moment-là que vous allez vraiment apprécier cette ville et ce qu’elle a à offrir. Par chance, c’est ce que l’on a eu la semaine dernière!

Little tip : Come to Houston when it’s a nice weather, almost the whole year by the way. At this time, you will really appreciate this city and what she has to offer. Luckily, it’s what we had last week!

Buffalo Bayou Park

Buffalo Bayou Park est un grand parc, forcément, qui se situe en plein milieu de Houston. On peut s’y promener à pied ou en vélo. Nous avons donc loué des vélos, Houston BCycle, sur Sabine Street, mon spot préféré. On a pédalé pendant 1h30 environ, stoppé à quelques endroits clés et pris des photos de la skyline que l’on pouvait observer tout au long de notre ballade.

Buffalo Bayou Park is a big parc, obviously, who is located in Houston Downtown. You can just walk or rent a bike there. With Ben’s parents, we rented three bikes, Houston BCycle, on Sabine Street, my favorite spot. We rode our bikes during 1h30, stopped at some specific spots and took many pictures of the skyline that we could see all along our ride.

McGovern Centennial Gardens

Ce lieu est juste magique. Si vous voulez faire un joli shooting photo, allez là-bas! Ce sont pleins de petits jardins différents : jardin de roses, jardin aride, jardin aux allures japonaises, etc. Il y a meme un jardin potager avec une multitude de légumes, plantes aromatiques et fruits. Un simple mais bon moment à passer!

This place is just magical. If you want to do a nice photo shoot, go there! There are a full of different gardens : roses garden, arid garden, Japanese garden, etc. There is even a garden where they cultivate some vegetables, herbs and fruits. A simple but good moment!

Brazos Bend State Park

Le meilleur pour la fin! Passage presque obligé pour Houston (même s’il faut un peu conduire pour s’y rendre). Quand j’ai emmené les parents de Ben, ils savaient à quoi s’attendre : voir des ALLIGATORS et de près. C’était la première fois que je m’y rendais et évidemment pour eux aussi et on a tous les trois adoré. Même si le papa de Ben m’a fait quelques frayeurs en allant sur les berges… vous comprendrez pourquoi grâce aux photos.

I save the best for last! Required visit for Houston (even if it needs a little drive for going there). When I took Ben’s parents, the knew what we will see : ALLIGATORS and very close. This was my first time and obviously, their first time to and we all liked it. Even if Ben’s dad made me scared (a tiny bit) because he was going on the banks of the lake, you will understand why thanks to the pictures. 

Nous avons choisi de faire le tour d’Elm Lake puisque c’est ce lac qui a la biodiversité la plus importante et vu que le but était de leur montrer des alligators, nous voilà. Il y a de nombreux lacs à Brazos, je conseillerais donc de passer toute une journée là-bas, de prendre vos vélos et de manger sur place. L’entrée est à $7 pour les adultes et il y a même moyen de faire un barbecue sur place, autant en profiter!

We chose to go around Elm Lake. It’s the lake with the biggest biodiversity and the goal was to show Ben’s parents some alligators so there we go. Brazos have many lakes, I will advice you to spend a whole day there, grab your bikes and eat in the park. The entrance fee for an adult is $7 and you can even do a barbeque so enjoy your day!

Activites interieures

NASA Space Center : « We’ve got a problem« 

Apres y être allée 4 fois, je ne suis pas trop objective mais c’est un truc à faire. Ne pensez pas que c’est la NASA par contre, vous n’allez pas rentrer dans les pièces les plus secrètes. Cependant, qui ne rêverait pas de toucher un bout de la Lune ou un bout de Mars? C’est ce que le Space Center rend possible! Donc foncez-y!

After my fourth visit there, I’m not very objective but this needs to be on your to-do list. Don’t get you wrong, this isn’t the NASA, you won’t go in secret rooms. But, who won’t dream of touching a piece of the Moon or a piece of Mars? This is what the Space Center makes possible so GO!

N’oubliez pas de prendre un des deux petits trains qui vous fera faire un tour dans des parties de la vraie NASA ou les chercheurs et astronautes travaillent vraiment.

Don’t forget to take one of the tour train who will take you around the real NASA where researchers and astronauts really work.

Houston Museum of Fine Arts

C’est un des nombreux musées à Houston. Le plus simple et le moins cher est d’y aller le jeudi puisque c’est gratuit toute la journée. On en a donc profité avec les parents de Ben. Sa maman voulait le faire et c’était dans mes plans de bonne guide/organisatrice de voyage! Nous sommes restés presque 2h. Que dire? C’est un musée et les expositions changent de temps en temps donc même si j’y étais déjà allée 3 fois, je n’ai pas vu les mêmes choses. Point positif!

It’s the museum of Fine Arts in Houston. The simple and cheapest way is to go on Thursday because it’s free all day. So we take the advantage of it with Ben’s parents and spend two hours there. His mom wanted to go and it was already in my perfect guide plans! What can I say? This is a museum and the exhibitions are changing sometimes so even if I’ve already done it three times, I never saw the same things. That’s a good point!

Bonus!!!!

Stand de tir

Cela fait maintenant 19 mois que j’habite aux USA et je voulais le faire depuis un petit bout de temps déjà. C’était l’histoire d’une seule fois, croyez-moi mais c’était histoire d’essayer pour mieux comprendre la façon de vivre de pas mal d’américains et par chance, Ben et son père voulaient aussi le faire : PARFAIT!

It has been 19 months that I arrived in the USA and I wanted to do it since a long time already. It was just for one time, believe me but I wanted to try for understand the way of life of many Americans. Luckily, Ben and his dad wanted to try it too : PERFECT!

 

C’est à peu près tout pour notre semaine de vacances! Rassurez-vous, il y a pleins d’autres choses à faire à Houston, je ne vous ai donné qu’un petit apercu de ce que j’ai pu découvrir au fil de mon aventure!

This is what we kind of did during our vacation’s week! But don’t worry, there are plenty of things to do in Houston, I just gave you a little overview of what I discovered during my whole aventure!

 

Publicités

En avant 2018 !

Mais avant ça, un petit retour sur 2017! Bon, j’avoue il est un peu tard sachant que l’on est déjà mi-janvier mais j’ai toujours rêvé de faire un bilan d’une année et encore plus, celle que je viens de vivre en tant qu’au pair aux USA.

17 points pour résumer mes 365 jours à Houston

Des choses que j’ai faites, des leçons que j’ai apprises (par moi-même ou avec un peu d’aide), des changements que j’ai pu observer. Un résumé de mon année 2017 que je veux vous faire partager :

  1. Apprendre à surfer ou enfin, essayer. Ce qui est déja énorme pour moi! Mon host dad, surfeur dans l’âme ayant grandi à Seattle et étant allé à l’Université de San Diego, a eu la grande gentillesse de nous donner (à ma host mom et host kids aussi) un petit cours théorique puis pratique qui s’est avéré assez périlleux. Je vous laisse imaginer… avec des explications en français ce n’est déjà pas facile mais en anglais : c’est pire! MAIS GENIAL QUAND MEME!IMG_4288
  2. Ce point est en rapport avec le premier puisque c’est en allant à cet endroit que j’ai pu testé le surf. Grâce à ma host family, j’ai pu découvrir la merveilleuse île de Porto Rico et j’en ai pris pleins les yeux : plages seulement pour nous, fôret tropicale, nourriture de folie. Bref, un rêve!
  3. Aujourd’hui, je suis fière de dire que je peux aller au cinema ou au restaurant toute seule, chose que je ne faisais pas en France. Depuis mon arrivée ici, j’ai pu me rendre compte que je pouvais faire des trucs pour moi et par moi-même. Femme indépendante en force!
  4. Essayer de combattre ma peur de ne pas voir mes pieds dans un lac ou dans la mer. Ca peut vous paraitre un peu superficiel mais oui, je n’aime pas ne pas savoir oú je me mets mes pieds mais surtout sur quoi je marche. Et le pire du pire : quand quelque chose me touche les pieds et que je ne sais pas ce que c’est comme une algue, un poisson voire un serpent (oui, les serpents savent nager ce que je ne savais pas avant de venir au Texas…).
  5. Partir pour la première fois en week-end (prolongé) avec mon copain! Ce qui me paraissait juste impossible il y a encore très peu de temps vu que je n’ai jamais été le genre de filles à faire des plans avec son copain et encore moins pour aller quelque part mais on, on peut tous changer, j’en suis la preuve. Le petit + : Miami, les palmiers, la chaleur, la mer, les bars et surtout être loin de tout!
  6. Aller au Mexique avec deux copines sans avoir pratiquer son espagnol pendant 4, 6 ans ou jamais pour une de nous. On a quand même réussi à se débrouiller avec les restes des cours de lycée que l’on avait,surtout quand on est restées bloquer à l’aéroport de Cancún parce que notre vol a été retardé puis annulé et que l’on a nul part oú dormer.
  7. En parlant de vols et d’aéroports, j’ai pu apprendre à être « patiente » et me détendre quand chacun de mes vols retour – et je dis bien « chacun » – quand je voyage seule (sans ma host family) sont retardés ou totalement annulés. C’est une habitude comme une autre.
  8. Comprendre les difficultés d’une vraie relation à distance. Ce n’est pas facile tous les jours, surtout quand tout le monde autour de vous, vous demande la date de retour de votre copain sur Houston. Mais bon, quand on aime, tout est surmountable, pas vrai?!
  9. Devenir experte pour les « au revoir ». Quand on est au pair (ou pas), on apprend très vite à dire « au revoir » et plus on en fait, mieux on le vit (ou pas). Certains sont plus durs que d’autres. Et malgré l’entrainement, ça me brise toujours un peu le coeur de voir les personnes partirent même si je sais que je les reverrais.
  10. Nager avec des tortues de mer avec deux superbes acolytes pendant notre semaine de vacances au Mexique. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour, j’aurais eu la chance de vivre une experience comme celle-ci. C’était juste magique (et peu coûteux en plus de ça). Mon seul regret : que l’on n’est pas eu de GoPro® pour filmer ce moment qui restera à jamais graver dans ma mémoire.
  11. Réaliser un road trip de deux semaines avec trois de mes meilleurs amis venant de France. 8000 kilomètres, une vieille Honda Civc, 4 amis et l’Ouest californien : le voyage dont tous les jeunes rêvent et bonne nouvelle : on l’a fait!
  12. Etre presque bilingue et j’ai bien dit « presque » parce que non, mon anglais n’est pas parfait même après 18 mois aux USA. C’est bien triste, je vous l’accorde mais bon, personne n’est parfait.
  13. Avoir repris le sport et prendre du plaisir à aller courir ou faire du renforcement musculaire. Je ne suis pas devenue non plus une fitgirl, on ne s’emballe pas.
  14. Se faire des amis venant des quatre coins du monde mais surtout des français qui sont devenus des piliers pendant votre aventure et que vous reverrez à votre retour.
  15. Vivre un ouragan, soutenir ma host family du mieux que je pouvais et voir l’impact qu’il a eu sur une ville comme Houston. Même si notre maison n’a pas été touché, de nombreuses personnes l’ont été et les dégâts qu’Harvey a causé sont toujours visibles aujourd’hui malheureusement.
  16. Avoir gagné une deuxième famille et me rendre compte que le jour de mon départ arrive à grands pas mais que je ne suis toujours pas prête de les quitter. IMG_1182.JPG
  17. Ne pas avoir peur de sauter les deux pieds dans l’inconnu parce que pleins de belles choses arriveront par la suite.

J’espère que 2018 aura autant de surprises et de découvertes à m’offrir que 2017!

 

IMG_0184.JPG

Bonne année et bonne santé à vous tous!!!!

 

 

 

« On a faim, on a faim! »

Oui, je vais enfin parler de bouffe… c’est le sujet que je dois le plus abordé depuis mon arrivée aux USA et croyez-moi, je suis incollable en anglais pour ce vocabulaire!

A peine mangé, je pense déja au prochain repasfood.gif

Les USA ont changé ma vision de la nourriture ou plutôt, ils ont changé ma relation à la nourriture parce que oui, entre elle et moi, c’est presque une histoire d’amour et comme on me l’a toujours dit « en amour, il y en a toujours un qui aime plus que l’autre« . Je vous laisse deviner qui est le plus attaché à l’autre dans cette relation..

Préparez-vous futur(e)s au pairs! Parce que je ne suis pas la seule à être devenue addict. D’autres au pairs ont connu des difficultés comme moi avec la nourriture. Et oui, ce sont des vraies difficultés puisque qui dit « manger », dit « prendre du poids »… je n’étais pas vraiment prête à voir mon corps changé pendant mon séjour.

Je suis un dégat! Maintenant, je passe mon temps à penser à la nourriture mais le pire du pire, c’est qu’après un repas, je me demande déja ce que sera le prochain. La nourriture m’obsède aujourd’hui alors que ce n’était pas forcément le cas en France. Après, si ça peut vous rassurer, ce n’est pas seulement qu’avec les burgers ou les frites mais quand je passe dans la cuisine, je vais avoir des envies de myrtilles ou de fraises : je mange un peu healthy quand même!giphy

Beaucoup d’obèses?

Un hasard? Non! Si les USA sont connus pour avoir un pourcentage élevé d’obèses, ce n’est pas une surprise. Si vous êtes déjà venus dans ce magnifique oú la bouffe est reine, vous avez pu remarqué qu’elle est omniprésente : à tous les coins de rue et même dans des trous perdus. On ne sait jamais si des personnes affamées passent par là, on va construire un petit McDo®. Et puis cerise sur le gâteau, les fast food et la junk food (malbouffe) c’est ce qui coûte le moins cher ici donc je vous laisse imaginer l’effet que ça a sur les personnes.

Mais ce n’est pas seulement quand on sort. Venez dans ma cuisine… Chez moi, le placard et le frigo sont devenus de vraies tentations. ET JE LE REPETE ENCORE UNE FOIS, JE N’ETAIS PAS COMME CA AVANT… 

Au moins, maintenant, je sais résister à mes envies de snacks ou sinon, selon ma host mom, j’ai trouvé la bonne solution : je mange une clémentine dès que j’ai un petit creux. Et bien sûr, je ne suis pas sans regarder le nombre de calories, de sucres, de sels contenus dans les aliments que je mange. J’essaie d’avoir un minimum de controle sur mon alimentation ce que je ne faisais pas avant.

Peanut butter, vous connaissez?

Si ça ne vous dit rien et que vous venez aux USA pour être au pair ou seulement pour des vacances, vous n’allez pas y échapper. C’est un des aliments les plus réputés ici : le beurre de cacahuètes.

Entre les sandwichs PB&J pour les enfants dans leur lunch box, les pommes trempées dedans pour avoir sa dose de protéines, etc. vous allez être servis! Si vous aimez ça, les USA sont faits pour vous. C’est le paradis du beurre de cacahuètes mais si comme moi, vous n’étiez pas fan, vous allez apprendre à l’aimer (ou pas) à vos dépens… surtout avec des fraises fraiches sur une tranche de pain. Yummy!

Mais il y a pleins d’autres plats à tester!

Le point positif que j’ai pu y trouver est de découvrir de nouvelles spécialités pour chaque week-end ou vacances passées aux extérieurs de Houston. Et ça, c’est une mine d’or, c’est mon petit bonheur à moi. Dès que je me rends quelque part maintenant, je vais faire un petit tour sur Pinterest® pour trouver les meilleurs restaurants ou plats typiques à essayer (de toute urgence). Vous voyez les régions françaises avec leurs spécialités? C’est exactement la même chose mais multipliées par 10!!!!!

Lire la suite

Houston or not Houston?

ALERTE! ALERTE! ALERTE! 

J’ai besoin de vous parler de quelque chose qui me tient à cœur : Houston, ma ville d’accueil. Très peu connue du grand public et mal réputée se situant au Texas, Houston est pourtant la quatrième plus grande ville des USA après les très célèbres villes de New York, Los Angeles et Chicago.

Je préfère être franche, quand j’ai matché avec ma famille, je ne me réjouissais pas forcément d’atterrir à Houston pour toute une année même si clairement, je n’avais pas vraiment de préférence. San Francisco, New York, Chicago et autres font rêver, je ne dirais pas le contraire mais ayant deux semaines de vacances et au moins un week-end par mois en tant qu’au pair (même si j’ai beaucoup plus ^^), je m’étais faite une raison et je savais pertinemment que j’irais dans ces magnifiques villes pendant mon année.

Le meilleur conseil que je peux donner aux futures au pairs voire aux au pairs en rematch, ne faites pas l’erreur de choisir la ville, choisissez la famille! Sachez que vous passerez une année entière avec cette famille, vous ne pouvez pas vous enfuir mais vous pouvez voyager et voir pleins de choses si celle-ci vous le permet.

#houstonlove

Pourquoi j’aime – et pas seulement moi mais les autres français qui ont testé et ont approuvé – Houston?

  • Le soleil et la chaleur sont au rendez-vous 9 mois sur 12. Je n’ai jamais autant été bronzée de toute ma vie, je ne suis plus blanche… enfin tout est relatif quand on est aux côtés d’une host family d’origine norvégienne. Ce n’est pas compliqué d’être plus bronzé qu’eux, ça, c’est sûr! Grâce à cette chaleur, j’ai pu ainsi profiter de la piscine d’avril à octobre et non chauffée s’il vous plait ! Sachez que je porte des t-shirts et shorts (jupes ou robes) entre février et novembre… MY DREAM COMES TRUE (dans le Nord, on n’a pas ça tous les jours).
  • Houston est la ville la plus diversifiée des USA càd que le nombre de nationalités différentes représentées est le plus élevé (ça, ce n’est pas très français…). Entre indiens (d’Inde, je tiens à préciser), mexicains, colombiens, norvégiens, chinois, vietnamiens ainsi que français, il y a du choix, surtout si vous voulez rencontrer des personnes des quatre coins du monde. ET LA BONNE NOUVELLE : on peut manger de tout! Toutes les spécialités culinaires des différents pays sont représentées, que demander de plus? Personnellement, ça pourrait beaucoup m’influencer pour choisir une ville : la bouffe!
  • Maintenant que je suis partie sur mon domaine préféré, la nourriture, je peux vous parler de the food à Houston mais surtout au Texas : le BBQ. Autant vous dire que ça ne ressemble en rien à nos petits barbecues « chipo/merguez ». Là, je vous parle du vrai barbeque : viande de boeuf ou dinde fumé (pendant 24h voire plus), ribs de porc, etc.
  • A Houston et au Texas en général, les gens sont plutôt chaleureux, agréables et gentils (quelques fois un peu trop mais bon, on ne va pas leur en vouloir). Tu aimes mettre des chaussettes avec des claquettes, tu aimes aller en pyjama faire tes courses, mettre un pull avec un short, le Texas est fait pour toi! Personne ne te jugera. Ce n’est pas toujours le cas dans les grandes villes : NYC, San Francisco, Chicago.
  • Si vous avez accès à une voiture (question très importante à poser pendant vos entretiens à vrai dire), Houston est « proche » (quelques heures de routes ne me font plus peur après un road trip de 5000km à travers les USA) de Galveston (petite ville au niveau du Golfe du Mexique), Dallas, San Antonio et Austin qui sont des villes texanes mais également de la Nouvelle-Orléans qui s’avérait être un passage obligatoire pendant mon année (ainsi que pour de nombreux français). Cependant, si vous souhaitez aller un peu plus loin, Houston a deux grands aéroports qui vous permettront de vous rendre dans vos villes rêvées voire au Mexique vu qu’il se situe à la frontière du Texas. Spring Break à Cancùn ou seulement des vacances entre copines s’avéreront moins chers que si vous partez de NYC.

Et cerise sur le gâteau : étant fan de tout type de sports, je suis allée voir différents matchs des équipes représentées à Houston dont les Rockets (équipe de NBA) qui sont on fire et les Astros (équipe de baseball) qui ont gagné les World Series (= la Ligue 1 de football en France mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup plus exagérée) cette année.

 

IMG_4369

On se fait très vite aux boots et chemises : texan style!

 

 

 

Enfin, Houston est une ville calme mais qui bouge. Il y a toujours quelque chose à faire! Franchement, qui n’a jamais rêvé du Texas avec leurs cowboys, leurs longhorns (grosses vaches avec des longues cornes), leurs gros pick-ups et leurs boots : american way of life ou plutôt texan way of life!

 

 

 

 

 

Bref, j’aime Houston, j’en suis folle et je vais être triste de quitter cette ville d’accueil en mai… petit partage d’une petite vidéo de Houston downtown de mon copain prise avec son drone.

Thanksgiving, Black Friday, Cyber Monday : que d’aventures en novembre!

Novembre, c’est bientôt fini!

Autant vous dire qu’il était temps parce que mon compte en banque n’a pas du tout apprécié les nombreuses promotions que j’ai pu remarqué et dont j’ai profité.. il a pris une grosse claque! Et étant une au pair, je ne suis pas riche non plus… heureusement que mon copain et certains de mes amis sont là pour me mettre un gros STOP!

shopping.gif

Mais bon, certains moments que l’on peut avoir la chance de partager avec nos host family (ou pas, ça dépend de la famille) sont gratuits comme Thanksgiving.

Thanksgiving, un festin avant Noël!

Petit point historique très rapide sur Thanksgiving parce qu’étant français, on ne le fête pas et croyez moi, c’est triste. Pétage de ventre en avance!

A la base, c’est une journée en mémoire des premiers anglais, les Pilgrims, qui remercient Dieu pour leurs bonnes récoltes et les Indiens qui les ont aidés à survivre à l’hiver rude.

Maintenant, la tradition veut que les membres de la même famille voire amis se réunissent autour d’une table pour manger un festin (oui, à ce stade c’est un festin!) et fassent un tour de table en expliquant pourquoi ils sont reconnaissants pour l’année passée. Dans ma famille, on ne le fait pas vraiment vu qu’ils ne sont pas croyants et on n’a pas vraiment besoin de ça pour se remercier les unes les autres.

L’ayant déjà fait l’année dernière, je savais déjà à peu près comment allait se passer la journée même si on a dû le fêter le mercredi et pas le jeudi vu que mes hosts devaient travailler. Mais cette année, figurez-vous que je me suis transformée en commis de cuisine pour ma host, même si selon elle, j’étais sa sous-chef… j’ai quand même fait un trou dans sa pumpkin pie (tarte à la citrouille… une de mes préférées). Oups! Aux USA, il y a des plats typiques à faire et à partager durant Thanksgiving comme la célèbre turkey (dinde), le stuffing (farce) ou les mashed potatoes (purée) ainsi que les différentes pies (tartes… il y en avait 5 à la maison cette année pour 6 personnes).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous devez vous en douter, il y a eu pas mal de restes… avec ma host, on s’est donc sacrifié et on a dû manger midi et soir de la dinde, des haricots verts, de la purée et de la fameuse farce. Ah oui! Et après une semaine, les tartes sont enfin finies! Félicitations à Tyson, mon host, qui nous a été d’une grande aide!

Le Black Friday! Toujours une bonne occasion pour faire les magasins et faire chauffer la carte bleue…

Vous avez sûrement entendu parler du Black Friday vu que ça arrive même en France maintenant. Ici, c’est THE BIG DEAL! Bon, par contre, ce n’est pas que le vendredi…

Il commence le jeudi de Thanksgiving et se termine le dimanche voire lundi donc pas d’inquiétude, si vous ne craquez pas le jeudi ou le vendredi, vous pouvez toujours le faire pendant le week-end et ça, c’est le piège! Un véritable engrenage… et évidemment, tout vous parait être une bonne promotion : c’est le cas ou pas! Il ne faut pas trop s’emballer et vérifier les prix de base des différents produits avant tout achat. Mais bon, je ne pense pas être la meilleure personne pour en parler parce que du coup, cette année, je me suis laissée aller : un appareil photo, des vêtements, des futurs cadeaux de Noël, etc. De nombreux achats qui me donnent le sourire mais qui me font pleurer quand je regarde mon compte en banque.

no money.gif

Et après ça, vous pensez que c’est fini! MAIS NON! Le Cyber Monday arrive avec ses nombreux deals (surtout sur Amazon, mine d’or aux USA) et peut vous faire regretter certains de vos achats compulsifs parfois. Ce n’était pas mon cas… enfin presque! Il faut savoir que la plupart du temps, les prix des ordinateurs, des portables, de tout ce qui se rapproche à la technologie, sont moins chers aux USA donc les au pairs (comme moi) profitons d’être ici pour changer de gadgets électroniques. Enfin, si vous aimez les vêtements ou les sacs à main, attention à vous… Levi’s, Mickael Kors, Ralph Lauren, Hollister, Abercrombie & Fitch, etc. ont des occasions en or (à ne pas rater si vous êtes fans, comme moi…).

A ce stade, mon compte en banque est quasiment vide… à bientôt pour une nouvelle aventure!

 

« Tu as l’air fatiguée aujourd’hui! »

C’est une autre phrase que j’entends beaucoup depuis que je suis une au pair (même si je dois l’avouer… ayant des cernes depuis que je suis née, je l’avais déjà entendu).

Fatiguée?

Non, tu crois! Légèrement fatiguée… parce que nous, au pair, on est au taquet 24h/24 et 7j/7. En tout cas, c’est mon cas. Je ne travaille pas beaucoup, je ne fais pas mes 45h/semaine  (oui, il m’arrive de ne pas travailler pendant toute une semaine) mais ce n’est pas pour autant que je ne suis pas présente et que je ne suis pas active chez mes hosts.

Ayant ma chambre à l’étage, à côté de celles des enfants, c’est moi qui les entends en première (la chambre de mes hosts est au rez-de-chaussée, à l’opposé des nôtres) s’il y en a un qui pleure, qui vomit ou qui a juste fait un cauchemar. Il m’est déjà arrivée de me lever à 3h du matin parce que Mac, le petit de 6 ans, avait fait un cauchemar et qu’il criait dans sa chambre et n’arrivait pas à se calmer et se rendormir. Il m’est également arrivée de nettoyer du vomi à 4h du matin dans la cage d’escalier parce que Mac était malade.

Mais ce n’est pas tout !

Les raisons précédentes n’étaient que des accidents mais attendez la suite… vous allez adorer.

Ne m’occupant pas des enfants toute la semaine puisque les parents sont là, je peux m’accorder une petite grasse matinée : vous savez quand on dort jusqu’à 10h (voire 11h ou 12h pour les plus « fatigués). Encore une chose qui n’existe plus quand on devient au pair. Quand les enfants sont réveillés, je suis réveillée… ce qui pourrait paraître logique mais non, parce que je n’ai pas besoin de me lever et de m’occuper d’eux mais apparemment, eux, pensent que quand ils sont réveillés, tout le monde l’est.

cendrillon

 

Ils adorent crier, jouer, courir, taper des pieds, chanter, se battre à 6h30 du matin alors que je suis encore « endormie ».

 

 

 

Si je peux vous rassurer (ou pas), ça fait maintenant plus d’un an que les enfants me connaissent et que je leur répète sûrement au moins 1 fois par semaine qu’ils doivent être silencieux le matin parce qu’il y a des gens qui dorment (MOI… et parfois, un autre adulte) mais apparemment, le bruit, le matin est tout à fait acceptable aux USA.

(Je ne suis pas la seule au pair qui subit jour après jour ce traumatisme… oui, c’est un réel traumatisme mais attendez, le meilleur : certaines d’entre nous le vivent le soir – ce qui les empêchent de dormir – et le matin ce qui les réveillent alors qu’elles pourraient rattraper le sommeil qu’elles n’ont plus).

Donc oui, quand nos hosts nous disent que l’on a l’air fatigué, c’est le cas mais c’est surtout pour ne pas nous vexer et nous dire « Mais dis donc, aujourd’hui, tu n’as pas bonne mine » (à l’américaine) ou tout simplement nous avouer que l’on a une tête de m***e (à la française – on est plus direct!).

					Une au pair qui vous dira la vérité.

 

 

 

 

« Agit comme une adulte! »

« Être au pair, ce n’est pas compliqué »… si vous êtes au pair, vous avez déjà entendu cette phrase au moins une fois et malheureusement pour nous, les gens se trompent parce que :

  • On est considéré comme un adulte vu que l’on s’occupe d’enfants et que c’est notre job mais…
  • On a aussi un statut d’adolescent voire de jeunes adultes si on a de la chance puisque l’on vit sous le même toit que des gens qui « sont responsables de nous ».

Voici la complexité de notre situation! Aussi bien adulte sous surveillance, infantilisé mais qui doit quand même être responsable.

Indépendante mais pas trop…

En signant pour devenir au pair, je ne m’étais jamais demandée si ma host family allait me faire confiance ou si j’allais pouvoir sortir comme je le voulais ou même si je pouvais prendre la voiture pour aller faire quelques courses dans le supermarché du coin.

Avant mon départ, j’avais 21 ans, un appartement à partager avec une coloc (géniale) dans une ville étudiante, une voiture dont je pouvais me servir comme bon me semble et des parents qui ont une totale confiance en moi, je pensais que ça allait être exactement la même chose ici, à part pour la voiture sachant qu’elle ne m’appartient pas.

FAUX! 

Depuis que je vis à Houston, j’ai appris à demander l’autorisation de sortir à chaque fois que je veux me rendre quelque part (même si c’est seulement pour aller au supermarché du coin) et encore plus si je veux emprunter une des voitures.

Si je veux sortir, retrouver mes amis ou mon copain le soir, je demande également l’autorisation de sortir… on ne sait jamais si j’ai besoin de bosser au dernier moment ou si je ne peux pas prendre la voiture parce qu’elle doit être déposée au garage le lendemain.

Un jour, j’ai reçu un message de mon host  m’expliquant que j’avais embarqué le pass parking de ma host et qu’à cause de moi (je l’ai pris comme ça même s’il ne l’a pas dit clairement), elle allait devoir payer son parking plus cher le lendemain parce que j’avais pris la mauvaise voiture. Sorry but not sorry!

demi lovato.gif

Imaginez juste ce type de situations et comparez-les à votre vie (d’avant) que vous meniez en France, c’est totalement fou et perturbant. Et encore, je n’avais que 21 ans mais certaines personnes partent quand elles ont 24 voire 25 ans, elles avaient un métier, un appartement, un copain (ou copine) pour certaines d’entre elles et elles ont décidées de tout quitter pour vivre cette expérience (qui peut être bonne ou mauvaise). Néanmoins, on ne s’attend pas forcément à ça quand on signe : ce manque d’indépendance.

De plus, si vous connaissez des enfants (je n’ai aucun doute là-dessus), la plupart d’entre eux sont plutôt curieux et surtout ma host kid, elle aime savoir ce que je fais, où je vais, avec qui et surtout pourquoi. J’ai donc appris à mes dépens qu’une enfant de 8 ans peut me surveiller et me demander plus d’informations que mes propres parents. Si elle avait un portable, elle serait capable de me harceler de messages à chaque fois que je quitte la maison. Malgré ça, je l’aime quand même (enfin, j’ai besoin d’y réfléchir encore un peu!).

				Une au pair qui veut vous dire la vérité.